Accueil Les Coulisses GDCL'équipe Le retour d’expérience de Ulric Le Grand, co-fondateur de Gens de Confiance

Le retour d’expérience de Ulric Le Grand, co-fondateur de Gens de Confiance

Ecrit par Lucile

Ulric Le Grand est le cofondateur de Gens de Confiance aux côtés d’Enguerrand Léger et Nicolas Davoust. Au sein de l’entreprise il gère les finances, le RH et … bien d’autres choses très importantes ! La devise d’Ulric : « Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté » (Winston Churchill)

À l’occasion de la publication du livre Fly, le guide pratique pour réussir son aventure collective, écrit par le fondateur de Fly the Nest avec qui Gens de Confiance a beaucoup travaillé, Ulric fait un retour sur son expérience professionnelle et la naissance de la plateforme collaborative.

Ulric Le Grand

« Toutes vos parties prenantes doivent avoir envie de vivre une aventure commune ! »

Après une école de commerce, Ulric commence sa carrière dans le monde de la banque, où il restera près de dix ans. En 2011, dans le cadre d’un congé pour création d’entreprise, il vit sa première expérience entrepreneuriale avec Zenbus, une application grand public pour suivre son bus à la trace. Deux ans plus tard, sans quitter son rôle de CFO, il retourne au sein de Banque Populaire pour un projet d’intrapreneuriat : la création d’une plateforme de financement participatif pour les petites et moyennes entreprises.

Dans tous ces projets, ce qui guide et motive Ulric, c’est d’avoir un impact positif par son travail. À l’époque, sa future entreprise est un side project.

Avec ses deux associés, ils profitent du plaisir d’être ensemble pour développer leur site lors de longues soirées, motivés par la conviction de tenir une “secret sauce” pour que leur projet devienne viral, de façon rapide et sans investissement marketing.

Six ans plus tard, Gens de Confiance est une place de marché de petites annonces et un réseau social, qui comptent près d’un million de membres. Leur “secret sauce”, c’est le parrainage, en l’occurrence la nécessité d’avoir trois parrains pour pouvoir accéder aux annonces. Ce choix a pu être mal compris et donner une image d’entre-soi, mais c’est le cœur de leur philosophie, car c’est ce qui permet de garantir la confiance entre les membres du site. Vos proches étant garants de vos comportements, la confiance de votre entourage est transposée sur la plateforme, évitant ainsi les arnaques et les fraudes qui pullulent sur les sites concurrents. À partir d’une vision modeste de projet annexe, Gens de Confiance a construit une entreprise qui embarque une cinquantaine de collaborateurs et une communauté très active. Pour nous, Ulric a accepté de témoigner de leur évolution tout au long de leur histoire.

Partager une vision, du produit à l’aventure collective

Toute notre histoire, au fond, c’est une histoire de belles rencontres. En vérité, entre associés, nous ne nous sommes pas choisis pour monter une boîte, nous nous sommes choisis parce que nous partagions une même vision produit. Et donc au départ, Gens de Confiance est un produit avant d’être une entreprise. Cela peut paraître anecdotique ou évident mais en fait cela nous a permis de nous concentrer sur le produit. Nous avons mis toute notre énergie sur le fait qu’il réponde à un besoin du marché, et pas sur de l’administratif, des accords entre associés ou d’autres sujets… Au-delà de notre vision produit, nous nous sommes rapidement bien entendus ; une forte confiance régnait entre nous et nous avions des compétences très complémentaires. Je pense que cela nous a beaucoup aidés pour bien démarrer et pour la suite.

Ce qui est particulier dans l’aventure Gens de Confiance, c’est qu’au départ, c’était un side project, donc nous avons toujours pris des décisions long terme.

« De plus, notre chance, c’est qu’en démarrant, nous n’avions aucun besoin : nous avons initialement peu investi d’argent pour le produit ou l’acquisition et nous avions de quoi vivre pour les premiers mois. »

À l’été 2014, la plateforme a à peine un mois et elle compte déjà deux mille membres ; trois mois après le lancement, nous en sommes à dix mille. Assez rapidement, nous nous sommes dit que nous avions de l’or dans les mains. Avec nos chiffres et mon expérience du financement, je pense alors que nous pouvons aller voir des investisseurs. Nous décidons de nous lancer à 100% et nous partons en roadshow. C’est seulement à ce moment-là que nous créons la structure juridique, en octobre 2015. Comme nous cherchons à lever des fonds, il nous faut formaliser une vision de notre entreprise et de notre business.

Notre conviction, c’est qu’il faut avoir une vision produit très précise, qui s’appuie sur une thèse concrète.

Pour nous, il s’agissait d’expliquer que la confiance peut se renforcer grâce à notre plateforme et notre système de parrainage. Par exemple, ce qui compte et qui fait de vous un bon locataire, ce n’est plus le contrat de travail ou le bulletin de salaire mais le nombre de parrains sur Gens de Confiance. Et ça fonctionne ! Nous arrivons alors à lever un million d’euros en expliquant que si le site est bon, les gens l’utiliseront.

Trois ans plus tard, nous avons plus de trois cent mille membres. Après un voyage très enrichissant, à San Francisco avec nos investisseurs, nous décidons de faire deux paris :

« “Culture beats strategy” et “il faut recruter des directeurs de qualité le plus tôt possible»

Concrètement, c’est le moment où nous réalisons que nous devons aller plus loin qu’une simple vision produit. Même si entre associés, nous sommes parfaitement au clair sur là où nous voulons aller, nous nous heurtons au fait que pour notre équipe, la trajectoire sur laquelle nous sommes n’est pas explicite. Il nous faut construire une vision de notre entreprise. Plus précisément, l’enjeu est de passer d’une vision produit portée par nous, cofondateurs, à une vision d’organisation portée par chaque collaborateur. Une vision de boîte qui donne envie à tous ! Autrement dit : que l’ambition et la culture de Gens de Confiance soient formalisées, pour être partagées collectivement, avec la volonté de construire une entreprise solide, à la croissance maîtrisée.

« Le second pari consiste à se dire que l’on recrute toujours trop tard des personnes meilleures que nous, pour nous aider à construire certaines fonctions et à développer l’entreprise. »

Nous avons notamment fait le choix de recruter une directrice marketing à ce moment-là, afin de structurer notre acquisition. À un moment dans le développement d’une organisation, je pense qu’il faut avoir l’humilité de bien s’entourer et de se laisser inspirer, pour se faire challenger sur l’existant et dépasser certains plafonds de verre. Vous trouverez ces personnes parmi vos proches, vos collaborateurs ou vos investisseurs, peu importe après tout, du moment qu’ils sont bienveillants, tout en étant constructifs et exigeants.

En conclusion, je dirais que la vision qu’il faut avoir pour bâtir une entreprise comme la nôtre, c’est une vision large et profonde à la fois, qui puisse embarquer les clients, les collaborateurs, les investisseurs… Toutes vos parties prenantes doivent avoir envie de vivre une aventure commune ! Pour être sûr d’y arriver, rien de mieux que de les impliquer dans la construction de cette vision, par des échanges, des temps collectifs, des moments de recul ou de respiration, qui demandent par contre d’être capable d’écouter et de faire confiance – on y revient toujours. Tout cela demande des efforts, mais à chaque fois que nous l’avons fait, c’était super.

Vous souhaitez en savoir plus sur l’organisation ? Découvrez également notre article Pourquoi faire un stage chez Gens de Confiance ?

Articles similaires