Accueil Coulisses GDCSocle Lettre socle n°22 : interview de Raphaël Chauvancy

Lettre socle n°22 : interview de Raphaël Chauvancy

Ecrit par claire

Ce nouveau numéro de Socle donne la parole à Raphaël Chauvancy, officier supérieur des Troupes de Marine, actuellement détaché auprès des commandos britanniques. Également professeur à l’École de guerre économique, il présente pour Socle la façon dont fonctionne la confiance au sein des unités de combat et salue également les vertus du parrainage, cet engagement réciproque capable de créer une forme de conscience collective.

Raphaeel Chauvancy

« Sur le terrain, il ne reste que la confiance qui crée un lien aussi invisible que robuste entre les individus et les fait accéder à une forme de communauté spirituelle. »

Officier supérieur des Troupes de Marine au sein de l’armée française, Raphaël Chauvancy est actuellement détaché auprès des UK Commando forces – Royal Marines britanniques. Également professeur de stratégie à l’École de guerre économique, il a publié récemment Agir ou subir ? (Dunod, février 2022) et Les nouveaux visages de la guerre (VA Éditions, 2021). Disséquant la façon dont fonctionne la confiance au sein des unités de combat, il en tire des enseignements, rappelant que les Anglo-Saxons pratiquent depuis longtemps et de manière décomplexée la transmission des savoir-faire militaires vers le monde civil. Raphaël Chauvancy salue aussi les vertus du parrainage, cet engagement réciproque capable de créer une forme de conscience collective.

Dans votre dernier livre Agir ou subir ? (Dunod), vous expliquez en quoi « l’esprit commando » constitue un excellent adjuvant pour muscler un projet professionnel ou personnel. Vous qui connaissez de l’intérieur les commandos britanniques dont la haute réputation n’est plus à faire, qu’appelez-vous « esprit commando » ? Quelle place occupe la confiance dans leur univers ?

L’esprit commando n’est autre que cet « esprit guerrier » remis à l’honneur par le général Bosser, l’ancien chef d’état-major de l’armée de terre. Il s’agit d’une manière d’être qui permet de tirer le meilleur parti des ressources personnelles et collectives. Les Royal Marines disent que l’esprit commando repose sur l’acquisition d’un certain nombre de qualités. Le courage, parce qu’il est le moteur de toute action ; l’unité, qui est une manière d’aimer et d’agir avec plus de force ; l’humilité, cette forme de respect de soi-même et des autres ; le sens de l’adaptation, sans lequel on ne peut que subir ; le goût de l’excellence, qui est celui du travail acharné et de la compétition ; l’humour, cette forme de distanciation qui facilite la clairvoyance ; l’abnégation, qui est la capacité à voir plus haut et plus loin que ses intérêts immédiats ; la joie, parce qu’elle incarne le désir de vaincre et la vitalité du combat ; la détermination, qui pousse à mener à bien l’action entreprise en dépit de l’adversité. Toutes ces qualités sont évoquées et décryptées dans Agir ou subir ? Leur devise, qu’ils partagent avec les commandos marine français depuis l’épopée de la France libre, est « United we conquer ».

« Or, être unis implique ce degré de confiance absolu qui transforme des individus en frères d’armes. »

La confiance, donnée, reçue et méritée, est la matrice de l’esprit guerrier. J’ai eu la chance de constater à quel point sa place était centrale parmi ceux qui portent l’uniforme français. Nos forces sont proportionnellement les plus engagées au monde. Elles ont acquis une expérience opérationnelle sans équivalent. Sur le terrain, le mensonge et les impostures s’évanouissent. Il ne reste que cette confiance qui crée un lien aussi invisible que robuste entre les individus et les fait accéder à une forme de communauté spirituelle. Chacun sait pouvoir compter sur les autres, jusqu’à mettre sa vie entre leurs mains.

Pour lire la suite de l’interview de Raphaël Chauvancy, vous pouvez télécharger notre lettre Socle en cliquant ici !

Retrouvez l’ensemble des lettres Socle ici : https://gensdeconfiance.com/fr/socle

Bonne lecture !

Articles similaires

Laisser un commentaire